Des services numériques destinés à l'industrie sucrière

En développant son propre matériel informatique, BMA fait un grand pas en direction de la sucrerie connectée

Depuis 2018, BMA prépare sa stratégie de numérisation smart4sugar pour connecter une sucrerie sur le plan numérique. L'objectif est de pouvoir accéder à tout moment et depuis n'importe quel endroit aux données des machines et de production, de déceler les potentiels et d'améliorer l'efficacité de la sucrerie. Pour cela, nous développons notre propre matériel informatique – en tant qu'interface avec le cloud de Microsoft Azure. Au cours de cet entretien, Thorben Förster (directeur du service informatique, BMA AG), Kristin Odörfer (Senior Manager Digital Sales, BMA AG) et Kevin Heyland (associé de DEVDEER GmbH) expliquent l'état d'avancement de la sucrerie connectée, les étapes à venir – et pourquoi les réactions des clients de l'industrie sucrière sont si importantes.

 

Personnes interviewées

 

Kristin Odörfer (BMA AG)

Kristin Odörfer est Senior Manager Digital Sales chez BMA et sert d'intermédiaire entre la direction, la distribution, le service informatique et le prestataire chargé du développement. Elle dirige le projet smart4sugar

Thorben Förster (BMA AG)

Thorben Förster dirige le service informatique de BMA, il coordonne et planifie nos activités numériques. Le lancement de Sharepoint en fait entre autres partie.

Kevin Heyland (DEVDEER)

Kevin Heyland est un associé de la société DEVDEER GmbH de Magdebourg. En tant que Product Owner Proxy, il est l'interface entre la gestion de produit du client et la gestion de projet.

D'où vient l'idée de rendre les appareils et les machines plus intelligentes ? 

T. Förster : La mise en réseau et la numérisation des machines sont responsables du climat de renouveau propice qui règne depuis plusieurs années sur le marché. Nous avons constaté cette tendance avant de l'intégrer dans le développement des machines et des équipements et d'extrapoler à partir de là une stratégie. Une partie de cette stratégie consiste à connecter la sucrerie sur le plan numérique dans un avenir proche. Dès la fin de l'année 2017, nous avons décidé que nous voulions évoluer dans cette direction. 

K. Odörfer : Nous ne faisons pas cela uniquement pour nous, mais en premier lieu pour nos clients. Pour eux, il est important de pouvoir collecter et analyser les données. Nous avons donc choisi de placer les besoins de la clientèle au premier plan. BMA est un partenaire important de l'industrie sucrière dans le monde entier. Celle-ci attend de nous que nous prenions en charge ces sujets. 

K. Heyland: Il existe plus d'une seule approche pour rendre les appareils et les machines plus intelligents. Le domaine de la numérisation est immense. Il est donc d'autant plus important de toujours garder un œil sur les besoins du marché pour adapter et améliorer si nécessaire la stratégie en fonction de ces derniers. Nous voulons aborder cela de manière aussi agile que possible. Aligner les processus de développement du matériel informatique sur les rythmes agiles du développement des logiciels est à la fois un défi important et une grande occasion pour la construction mécanique. 

Pourquoi BMA a-t-elle besoin d'une passerelle pour smart.monitoring ? 

K. Odörfer : Tout simplement, car nous voulons transférer les données de la machine. La passerelle est l'interface entre l'équipement et le cloud. Soit la passerelle possède une carte SIM intégrée, soit elle est reliée au site de production via le réseau local. 

K. Heyland: Le service numérique smart.monitoring fonctionne notamment uniquement grâce aux données des machines et dépend du fait de pouvoir les envoyer en direct dans le cloud dans le monde entier. La passerelle est pour ainsi dire le cœur de smart.monitoring. La mise en réseau numérique va de l'emplacement de l'installation à la mise en service de l'appareil par les collaborateurs sur place. L'accès aux données indépendamment du lieu est ainsi important, quand par exemple aucun technicien du S.A.V. de BMA ne peut venir sur place en raison des restrictions aux déplacements. Nous en faisons l'expérience en ce moment avec la pandémie mondiale de COVID-19. 

Y-a-t-il eu des problèmes pour trouver la passerelle adéquate sur le marché ? 

T. Förster : En effet, nous avons eu des difficultés à trouver la passerelle qui sert d'interface entre notre machine ou notre terminal et Microsoft Azure. 

K. Heyland : Pour mettre en œuvre les exigences définies, on a besoin de pouvoir raccorder une passerelle « prête à l'emploi » qui soit parfaitement adaptée aux fonctionnalités du cloud de Microsoft Azure. Les données sont traitées en interne dans le cloud, avant de parvenir dans smart.monitoring et d'y être présentées. Pour cela, il n'existe pas de passerelle toute prête qui propose l'éventail de fonctionnalités nécessaires. Jusqu'à maintenant, beaucoup d'appareils ne sont pas suffisamment compatibles avec Microsoft Azure ou du moins ne conviennent pas à nos exigences. 

Qu'est-ce qui a manqué concrètement ? 

T. Förster : Pour faire court, nous avons cherché pour nos machines une interface qui permette de les raccorder et de les activer directement dans Microsoft Azure. Ces exigences ne pouvaient pas être réalisées avec les logiciels et le matériel informatique disponibles sur le marché. Le point décisif est que nous souhaitons aussi effectuer la gestion des périphériques en plus de l'échange des données – tout cela dans un seul appareil. Nous n'avons également pas été convaincus par les niveaux de sécurité des fabricants de passerelles sur le marché. Nous souhaitons proposer à nos clients la plus grande sécurité possible. 

K. Odörfer : Une autre exigence importante qui ne pouvait pas être satisfaite était la compression des données. De très nombreux blocs de données sont envoyés via l'interface et les données non comprimées réduisent naturellement la largeur de la bande passante de la connexion. Les appareils testés ne pouvaient pas assurer cette fonction. 

K. Heyland: D'autant plus que nous devons garantir que les données sont envoyées partout de manière fiable. BMA installe de grandes installations pour l'industrie du sucre dans le monde entier. Cela signifie que l'infrastructure nécessaire à l'échange des données ne présente pas dans tous les pays les mêmes normes élevées, mais que l'échange doit fonctionner quand même partout. 

À quelle conclusion êtes-vous arrivés après tout cela ? 

T. Förster : Nous avons essayé différents appareils, mais ceux-ci ne pouvaient pas satisfaire nos exigences. Il nous a fallu presque deux années pour constater que nous n'y arriverions pas avec les appareils disponibles. Nous étions très mécontents de cette situation. 

Quelle solution a été trouvée ? 

T. Förster : Au cours de ces deux années, nous avons acquis une véritable expertise ; ce problème nous a donc permis de grandir et n'a pas entraîné un échec. Nous avons ainsi décidé de développer et de construire nous-même l'interface – c'est la solution qui a été trouvée. 

K. Heyland: Finalement, le développement et l'implémentation au sens propre ont été bien plus rapides. Ce travail a commencé en mai 2020. En coopération avec BMA, nous avons pu développer en quelques mois un appareil jusqu'à sa mise sur le marché. En tant que simple concepteur de logiciels, nous avons décidé de nous lancer aussi dans le développement du matériel et de concevoir et de fabriquer l'appareil. Dès le début de la phase de découverte, nous avons montré que BMA peut compter sur DEVDEER. Car créer de toutes pièces une passerelle comporte aussi un risque. Le matériel a été parfaitement intégré aux installations de BMA. Nous pouvons ainsi garantir la fonction de plug-and-play, c.-à-d. raccorder rapidement l'appareil sans trop le configurer et commencer simplement à travailler. Outre le développement du logiciel, nous avons également décidé de fabriquer nous-même la passerelle. 

K. Odörfer : Au fil du temps, BMA a acquis différentes compétences spécifiques. Nous avons non seulement développé une passerelle en concertation avec DEVDEER, mais nous avons en même temps créé une interface qui assure un échange de données avec la plate-forme Microsoft Azure et nous sommes ainsi désormais compétents dans ce secteur. C'est précisément ce que reflète aussi la stratégie de notre plate-forme smart4sugar. Nous travaillons avec un seul système et évitons une multitude de plates-formes différentes. 

Quelles ont été les étapes importantes pour préparer cette passerelle à être utilisée dans le monde entier ? 

T. Förster: Plusieurs étapes ont été nécessaires – aussi bien en ce qui concerne le logiciel que le matériel. Nous avons fourni la base initiale et d'autres développements avec DEVDEER en tant que développeur. Les exigences qui concernent le matériel informatique : les certifications, l'intégration des cartes SIM et bien d'autres choses, s'y sont ensuite ajoutées. Nous avons divisé le projet en deux catégories – dont la communication de la passerelle avec l'API de la machine. Les collègues du département « Automatisation » ont pris en charge cette tâche. DEVDEER est responsable de l'intégration et de la communication avec le cloud de Microsoft Azure. La visualisation d'un tableau de bord pour les clients finals en fait également partie. Ce processus de développement a ainsi duré deux mois. 

Qu'en est-il aujourd'hui ?

T. Förster : Entre-temps, nous sommes déjà arrivés à la deuxième étape du développement de la passerelle. Nous améliorons continuellement les fonctionnalités du logiciel. En outre, nous profitons des réponses des appareils déjà utilisés. Ce retour d'expérience est pris en compte dans le perfectionnement. 

K. Odörfer : Avec ce produit, nous sommes directement en contact étroit avec nos premiers clients. En ce moment, nous observons très précisément le comportement à l'usage de smart.monitoring pour tirer profit de cette expérience. 

K. Heyland: En regardant aujourd'hui le service smart.monitoring, je pense que nous avons réussi beaucoup de choses. La complexité que nous avons dû maîtriser au début et que nous devons encore surmonter présente des difficultés et nous n'en avons pas encore fini. Le développement du logiciel est un processus continu. Nous travaillons encore aujourd'hui étroitement avec le département de recherche et de développement de BMA pour améliorer la précision et la fiabilité des données dans le tableau de bord. Deux années sont certainement pour BMA une longue période pour un projet de logiciel, mais ce n'est pas inhabituel pour nous en tant que concepteur de logiciels. Surtout, quand il se nourrit des véritables réactions des utilisateurs. Le projet smart4sugar est très important non seulement pour BMA, mais aussi pour l'ensemble de l'industrie sucrière. Il comprend plusieurs projets partiels, dont le tableau de bord de smart.monitoring est seulement un élément. Les premières réactions sont prometteuses, elles nous poussent et nous montrent que nous sommes sur la bonne voie. 

Que va-t-il se passer à l'avenir ? 

K. Odörfer : Nous voulons dorénavant créer un portail en ligne destiné aux clients. Tous les services numériques comme la boutique web, le configurateur et les données contractuelles seront consignés dans ce portail. De plus, d'autres équipements vont être mis en réseau. Cela signifie que smart4sugar ne sera pas seulement employé pour les centrifugeuses, mais pourra à l'avenir reproduire tous les équipements d'une sucrerie. 

K. Heyland: Ce moment est maintenant important pour smart.monitoring, car nous recevons de la part des clients des réactions et des données précieuses et que cela ouvre d'énormes potentiels. Au cours des derniers mois, l'accent a été mis sur la réalisation des services à distance, afin que les clients de BMA puissent décider et agir de manière indépendante et informée malgré les restrictions aux déplacements et les confinements. Certaines des futures fonctionnalités importantes dépendront d'autres facteurs qui ne sont pas simplement liés au développement du logiciel. Il faut pour cela adapter ou remplacer des systèmes existants, afin de pouvoir les raccorder à smart4sugar ; il faut gérer les sources de revenus numériques ; et il faut traduire de façon agile et numérique les processus en provenance des achats, de la logistique et du contrôle de gestion. Il y a donc encore beaucoup de travail, mais c'est bien ainsi. 

Merci beaucoup pour cet entretien !

Julius Kröger