• 6 % La pureté de la mélasse peut perdre avec notre OVC jusqu'à 6 points de pourcentage entre ­l'entrée et la sortie

De bonne renommée

Pourquoi toujours plus d'usines misent sur les malaxeurs-refroidisseurs

Les malaxeurs-refroidisseurs continus de BMA sont appréciés en Amérique centrale aussi.
Mais qu'est-ce qui fait le succès de notre installation ?

L'usine Ingenio Chaparrastique de la région de San Miguel au Salvador vient tout juste de mettre en service un nouveau malaxeur-refroidisseur (OVC) de notre production. Avec ses 27,5 mètres de haut, l'installation possède une capacité de traitement de 30 tonnes à l'heure.

Trois sites de production ont contribué à ce travail d'équipe

La bonne collaboration entre Grupo CASSA du Salvador et BMA s'est ébruitée. Grupo Zucarmex qui exploite six sucreries au Mexique installe également son premier OVC. Il doit être dressé sur le site Ingenio Pujiltic dans la région ­mexicaine de Pujiltic. Ce malaxeur-refroidisseur est le premier à être produit avec la coopération des sites de fabrication en Allemagne, aux États-Unis et au Mexique.

Les malaxeurs-refroidisseurs correspondent à l'état de la technique dans ­l'industrie du sucre de betterave. L'industrie du sucre de canne en profite désormais aussi. La sucrerie mexicaine Puga utilise ainsi depuis 2011 le plus grand OVC installé jusqu'à présent sur le continent américain avec ses 33,5 mètres de haut. Les OVC servent à refroidir de façon uniforme la massecuite du bas produit d'un Kelvin à l'heure pour passer de 65 à 40 degrés Celsius. Le lent refroidissement garantit que la sursaturation reste toujours dans l'OVC dans une plage où seuls les cristaux existants grandissent – sans que de nouveaux germes se forment. L'apparition de grains fins qui ne peuvent pas être séparés dans les centrifugeuses continues, ce qui augmente donc la pureté de la mélasse, peut être nettement réduite en employant un OVC. 

Un excellent transfert de chaleur, un petit écart de température

Un facteur essentiel de réussite est la baisse uniforme de température dans tout le flux de massecuite. L'OVC y arrive grâce à un très bon transfert de chaleur avec un petit écart de température. Les éléments de refroidissent montent et descendent dans la massecuite, ce qui crée des conditions constantes de transfert thermique partout dans le système. Le transfert de chaleur reste excellent pendant toute la campagne puisqu'aucun dépôt ne peut se former sur les surfaces de refroidissement.

La pureté de la mélasse a pu être réduite en moyenne de quatre à cinq points de pourcentage dans les sucreries de canne à l'aide des OVC. La baisse supplémentaire de température de 55 à 40 degrés Celsius représente en général deux à trois points de pourcentage. Grâce à la séparation améliorée dans les centrifugeuses, la pureté baisse encore d'un à deux points de pourcentage.

Le rendement supplémentaire amortit l'investissement en peu de temps

En installant des OVC, les usines au Mexique, en Inde, au Sénégal et au Salvador ont tellement augmenté leur rendement en sucre que les coûts d'investissement sont amortis par les recettes supplémentaires en moins de deux ­campagnes. 

Avec ces nouveaux OVC, 20 malaxeurs-­refroidisseurs de notre production sont déjà employés avec succès en Amérique centrale, du Nord et du Sud – la preuve flagrante que l'OVC de BMA fait intégralement partie des sucreries de canne.

Use of cookies

BMA uses cookies to optimize the design of this website and make continuous improvements. By continuing your visit the website, you consent to the use of cookies. Further details can be found in the legal notice.
Your visit to the Website is currently being captured by a Web analysis service in anonymised mode.